ÉCONOMIE

ZERP de Nkok / Journées portes ouvertes : Lee White en visite guidée

Le ministre des Eaux et Forêts, de la Mer, de l’Environnement, chargé du Plan Climat et du Plan d’Affectation des Terres, Pr. Lee White était le week-end écoulé à la Zone spéciale économique (Zes) de Nkok à l’occasion des journées portes ouvertes organisées près d’une semaine durant. Une visite au cours de laquelle le membre du gouvernement a vanté les atouts de cette Zone économique à régime privilégié.

En effet, le ministre des Eaux et Forêts, de la Mer, de l’Environnement, chargé du Plan Climat et du Plan d’Affectation des Terres, Pr. Lee White, était le samedi 20 novembre 2021 à la Zone spéciale économique (Zes) de Nkok. Laquelle zone a, organisé pendant 6 jours, des journées portes ouvertes. C’était du 15 au 21 novembre dernier. Objectifs de ces journées permettre au public de découvrir les nombreuses entreprises installées dans cette zone, notamment dans l’industrie du bois.

Après la visite des différents stands des entreprises installées dans la Zes, Pr. Lee White, s’est réjouie de la réussite de la GZES, plus particulièrement dans l’industrialisation du bois : « la Zes est une réussite. Et grâce à nos produits haut de gamme, à partir de 2022, nous allons ouvrir des magasins dédiés aux meubles à Miami, à Paris, à Londres, un peu partout dans le monde, pour vanter nos réformes et vendre nos produits. La GSEZ a transformé l’image du Gabon, nous sommes passés d’un pays qui vendait des billes de bois non transformées à un pays qui transforme désormais sa matière première et donc qui crée de la valeur ajoutée, permettant ainsi au pays de gagner beaucoup plus en terme de profit. La Zes de Nkok est une réussite, et nous allons maintenant essayer de multiplier cette réussite un peu partout dans le Gabon. »

Il poursuit ses propos en indiquant : « il faut que les gens comprennent que la GSEZ est un partenariat public- privée dans lequel  l’État gabonais est le principal actionnaire ensuite viennent Olam et d’autres investisseurs privés. Si la ZES se développe, c’est l’État gabonais qui gagne le plus en enregistrant plus d’entrées et de dividendes, car nous sommes le plus grand actionnaire » a conclu le membre du gouvernement de la République.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page