SOCIÉTÉ

Politique sociale : Brice Clotaire Oligui Nguema appelé à la rescousse des personnes en situation de handicap 

Les membres de la communauté des personnes handicapées au Gabon ont dénoncé ce jour lors d’un point de presse tenu au ministère des Affaires sociales, le traitement dont ils ont fait l’objet de la part de l’Ancien Régime tendant à les précariser. Il en ressort de celui-ci, que des pistes de solutions ont été proposées au président de la transition pour y mettre un terme à leur situation de misère.

Après avoir été exclus à la réception de l’ensemble des composantes et organisations de la société civile le jeudi 31 Août de l’année en cours au Palais Rénovation du Bord de Mer, estimant pouvoir véhiculé leur message par les canaux des médias, les membres de la communauté des personnes handicapées ont tenu un point de presse, le lundi 02 Octobre 2023, au ministère des affaires sociales. Lequel consistait à exprimer aux nouvelles autorités du pays les difficultés auxquelles ils font face au quotidien.

Selon le porte-parole, Julien NYARE, les handicapés ont été très longtemps laissés pour compte. Notamment par le régime déchu d’Ali BONGO ONDIMBA, aux antipodes de l’amélioration des conditions de vie et d’existence de nombreux compatriotes. 

Depuis le 08 septembre dernier, les membres de la communauté des personnes handicapées souhaitent être reçus par le président de la transition, Chef de l’État, Brice Clotaire Oligui Nguema, afin de lui faire état de la précarité sociale, économique, et éducative minant leur quotidien ainsi que des pistes de solutions concrètes pour y remédier. Mais force est de constater que cette démarche pourtant républicaine et responsable n’a pas eu de suite jusqu’à ce jour. « Ça bloque à quel niveau ? » S’interrogent ils. Tout en voulant savoir : « S’il y a des gabonais qui doivent être exclus de la marche vers ce nouvel essor qui nous soulève et nous conduit vers la félicité ? »

« Les politiques sociales basées sur l’approche du respect des droits de l’homme, conformément à la convention des nations unies relative aux droits des personnes handicapées, signée et ratifiée par notre pays doivent se faire avec l’implication des responsables de notre communauté dans un cadre de TRAVAIL CONCERTÉ. Nous voulons désormais des représentants choisis par notre communauté pour parler en notre nom. » Ont-ils déclaré de la voix du porte-parole, Julien NYARE.

Selon eux, si nous voulons éradiquer le phénomène de mendicité dans notre pays et restaurer enfin la dignité aux personnes en situation de handicap, il faut dans le cadre du social revoir le rehaussement et le rétablissement des allocations versées à leur égard. 

Parmi les 12 recommandations faîtes, l’on retient exemple : l’allocation octroyée aux personnes handicapées de 200 000 frs CFA par mois au lieu de 75 000 frs CFA par an ;

La fourniture gratuite d’eau et électricité dans les sites qui abritent les personnes handicapées dans l’attente d’une véritable politique de logement pour ces dernières ;

La création d’une direction générale en charge de la protection et promotion des personnes handicapées (DGPPDPH) ;

La fixation d’un quota pour les recrutements dans la fonction publique ;

Le financement des AGRS et le renforcement de capacités à celles ou ceux qui ont déjà des activités génératrices de revenus en faveur de l’épanouissement des PVH

Cet appel envers le président de la transition, Chef de l’État, vise à l’emmener à se saisir directement au niveau des exigences de la situation actuelle des personnes en situation de handicap pour des solutions adaptées et pérennes.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page