PERENCO / Etimboué : Les N’komi brandissent une pétition et l’Okouyi pour se faire entendre

Pour manifester leur indignation suite aux activités extractives de l’or noir, destructrices de l’environnement dans l’ensemble du Département d’Etimbou, province de l’Ogooué Maritime, une pétition signée par les habitants à savoir ; communautés villageoises, élus locaux, etc. Condamnant la société PERENCO vient d’être lancée. 

Un collectif des filles et fils d’Etimboué accuse PERENCO de violer délibérément les engagements contractuels pris a leur égard, en particulier envers le peuple autochtone (Nkomi). Ainsi, ladite société se permettrait de n’en faire qu’à sa guise sous prétexte que les terres et autres espaces habiter sont d’utilité publique. « Faux » Rétorque les habitants qui condamnent l’absence d’un cadre inclusif et multipartite de partenariat pour la résolution de l’ensemble des situations conflictuelles.

Faute d’accord se fondant sur la légitimité historique et leurs droits inaliénables, les populations d’Etimboué en partenariat avec le ROLBG et autres Organisations de la Société Civile évoluant dans la défense des Droits de l’Homme, la Lutte contre la Corruption et le Secteur Extractif engagent des poursuites judiciaires devant les juridictions compétentes ; Gabon, Afrique, Europe et USA. 

Dans cet élan, ils entendent également faire intervenir l’Okouyi (Esprit de la forêt) pour calmer un temps soi peu les ardeurs des responsables de PERENCO. Des cérémonies seraient d’ailleurs en cours d’exécutions dans plusieurs villages. Indique notre source.

Sachant l’importance d’une telle pétition sur le plan juridique, le collectif entend faire mordre la poussière à ladite société basée dans leur département depuis bientôt 30 ans. « Elle constitue également un outil de plaidoyer pour mettre un terme à la malédiction du Pétrole et du Gaz dans le Département d’Etimboué après des décennies infructueuses d’exploitation des matières premières. »








Quitter la version mobile