La restitution des biens culturels du Gabon : l’ONG Désirs d’Avenir pour la Planète de Ségolène Royal y met du sien

L’association Désirs d’Avenir pour la Planète s’est résolue a accompagné l’état Gabonais dans son processus de rapatriement de ses œuvres d’art, accordant une importance particulière à La restitution des biens culturels et à l’écologie sa présidente Ségolène Royal a échangé avec le Ministre de la culture André Jacques Augand à Paris en France.

Le sujet était au cœur de la rencontre entre le ministre de la Culture, André Jacques Augand, de passage à Paris la capitale française, le jeudi 1er février de l’année en cours avec Ségolène Royal, présidente de l’association Désirs d’Avenir pour la Planète se dit prête à aider le Gabon. Laquelle était précédée le 29 janvier de la même année, d’une Convention de donation de 90 biens culturels provenant de la collection «Art premier du Gabon» de Paul Bory.

Au cours de ce tête-à-tête, l’ancien ministre français de l’Écologie a loué l’initiative du Gabon à préserver son patrimoine culturel et promis de faciliter les démarches de la consolidation de la coopération entre les musées français et Gabonais. « Dans cet accompagnement avec les partenariats, du musée du quai Branly, par exemple, c’est quelque chose que je peux aider, accompagner en facilitant le relationnel, l’identification des biens culturels qui existent et qui peuvent être restitué », a confié Ségolène Royal.

L’écologie est l’autre point abordé par les deux personnalités, notamment l’importance de l’utilisation des énergies renouvelables. La présidente de Désirs d’Avenir pour la Planète a indiqué que son ONG est intervenue auprès des partenaires spécialisés dans l’énergie solaire en faveur du bien-être des femmes. Elle envisageait des maternités, les centres de soins dans les villages alimentés par le solaire.

Pour rappel, en décembre 2022, Ségolène Royal avait séjourné à Libreville dans le cadre de l’atelier sous-régional « Musées et lutte contre le trafic illicite des biens culturels en Afrique centrale ». Cela démontre à suffisance son intérêt à la sauvegarde des biens culturels du Gabon.

Quitter la version mobile