ÉCONOMIE

CNAMGS et CNSS sur la voie de BGD, PosteBank, BR SARL, CDCG…

La CNAMGS et la CNSS, pourraient imiter dans les prochains mois les fermetures de ; BR Sarl, PosteBank, BGD, CDC, et bien d’autres. Qui en leur temps faisaient l’actualité de par leurs prestations respectives. Un passé glorieux, mais de courtes durées déjà rangées dans les annales de l’histoire et qui semblent avoir inspiré d’autres de nos jours. Une faillite simultanée qui ne saurait tarder à en croire certains analystes financiers.

Rappelons que ces deux entités sont des caisses alimentées par les salariés des secteurs public et privé. Elles nous garantissent la prise en charge de diverses prestations sociales et de pensions retraites. C’est ainsi que sans rechigner nombre d’entre nous se voient prélevés chaque fin de mois pour jouir de ces avantages à court, moyen ou long terme.

Cependant il est rapporté avec insistance au sein de l’opinion que ces deux entités seraient dans de sales draps car endettées jusqu’au coup, leurs trésoreries seraient assécher au point de ne plus pouvoir honorer à leurs engagements vis à vis du contribuable.

Une situation semblable à celles de ces vingt dernières années du côté ; Banque Gabonaise de Développement (BGD), Caisse de Dépot et de Consignation du Gabon (CDCG)PosteBankBR SARL, et bien d’autres. Où la plupart des cotisants ont été roulés dans la farine. Une vague d’escroqueries organisées à ciel ouvert, d’ailleurs l’on s’interroge toujours où vont les fonds générés par les cotisations mensuelles des salariés ?

Ces scandales à répétition font en sorte que notre pays soit perçu au-delà de nos frontières comme un repaire de voleurs, à croire que l’affaire BR Sarl et son promoteur le Bishop Yves Mapakou, qui paisiblement s’est taillé une vie princière à l’étranger avec l’argent des compatriotes n’a servi de leçon à personne.

Où va-t-on exactement avec la CNAMGS et la CNSS quand on sait que des familles entières n’ont pour seuls soutiens de l’état que ces structures aujourd’hui agonisantes, à qui incombe réellement la faute de ces disfonctionnements ? Une question sur laquelle devrait se pencher les autorités en place avant qu’il ne soit trop tard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page